Standby

Vierge à 30 ans dans la société hypersexuelle / Confessions d'une enfant du siècle

19 avril 2010

« Love is a process, not an event » (2)

En ce jour de Noël, l’œil extérieur qui contemplerait le tableau que j’offre serait sans doute pris de pitié ou de sarcasme par son pathétisme aigu : une femme au brushing froissé en voie de mèches folles et éparses, ensevelie sous différentes strates de lainages et textiles divers et informes, pelotonnée sous un monticule d’édredons et de couvertures, fixe un écran d’ordinateur portable pour tout compagnon de réveillon.

Un deuxième écran en arrière-plan crache ses films à base de traîneaux tirés par des rennes (parlant), de dialogues sur un toit près d’une cheminée fumante, ses émissions clinquantes de présentateurs et bimbos en smoking et robes bustier satinés.
Sur le parquet, un plateau maculé de miettes et d’emballages usagés, où gisent un yaourt nature au bifidus actif et un sachet de chips barbecue en guise de festin.
Le cliché mordant de l’ultra-moderne solitude.

Dehors, les retardataires se pressent d’emplir leurs caddys des derniers « médaillon de bloc de foie gras de canard aux pommes et au pain d'épices », de « chapon farci aux cèpes, truffes et porto »,  de « bûche pâtissière au coeur de compotées mangue-passion et fruits rouges, et sa mousse mascarpone », « d'abricots balsamiques »…. L’industrie agro-alimentaire comble de ses titres alléchants et exotiques, les aspirations à l’originalité de la parfaite hôtesse de maison dynamique et créative. Sous des guirlandes et des banderoles multicolores, des caissières épuisées font carillonner, sous leurs bonnets rouges bordés de fourrure blanche et de petites lumières clignotantes, les cloches modernes de cette fête sacrée : le bip-bip des codes-barres. Sur un ton mécanique et triste, elles lancent un « Joyeux noël » après chaque encaissement.

Noël, cette fête qu’il est héroïque d’apprécier après l'âge de 10 ans… Ce drôle de cirque dont je ne sais plus vraiment quoi penser…, sans pour autant faire partie de la faune des « anti » qui se conforte (et se rassure) dans la détestation primaire de l’évènement familial –et commercial- culminant de fin d’année. Ce symbole d’amour et de paix aussi factice qu’improbable mais auquel on s’efforce tout de même d’adhérer dans un grand élan collectif et de conditionnement de plusieurs semaines de l’avant.
Au fond de moi, j’aimerais bien me perdre aussi dans ces réjouissances insouciantes et insensées, retomber en enfance, faire semblant le temps d’une veillée, d’une journée hors du temps si j’avais un port d’attache accueillant, une famille merveilleuse et aimante… Mais cela fait longtemps que je n’ai plus les réserves d’énergie suffisantes pour m’asseoir à la même table que mon père et revivre en sourdine tous ces repas du passé, ces tragédies sous le sapin. Oublier et prétendre que cela n’a plus d’importance : impossible... malgré ses efforts –maladroits- pour tisser de nouveaux liens, les prières incessantes de ma mère, la louve blessée qui n’a toujours pas renoncé à ses rêves de famille unie de petite maison dans la prairie. 

Il incarne et incarnera toujours la figure de tant de maux, de peurs, de haine, de rage, de dégoût, de honte. La seule vision de son visage si froid et fermé, sa brusquerie indélicate habituelle, son égoïsme narcissique (qu’il m’a légué, comme tout le reste de ce que je n’aime pas en moi, aussi bien intérieurement qu’extérieurement, même si je lui dois en partie ma réussite professionnelle, son cadeau empoisonné), ses discours implacables n'acceptant aucune nuance ou contradiction, son pas lourd et menaçant : ce volcan de mauvais souvenirs que je tiens à garder endormi, ne surtout pas réveiller ses éruptions meurtrières, ses nuages de cendres toxiques…
Je ne supporte pas ces « conseillers » pétris de bonnes intentions et de morale mielleuses qui vous exhortent à «  la réconciliation » : je ne me suis pas disputée avec mon père, il m’a juste détruite, -comme il l’a été dans sa jeunesse- ; même si ces ravages ont heureusement été atténués par l’amour et le soutien de ma famille maternelle.

« Les enfants commencent par aimer leurs parents; devenus grands, ils les jugent; quelquefois, ils leur pardonnent. » écrivait le très sage et pertinent Oscar Wilde. J’ai très tôt cessé d’aimer mon père,  j’en ai longtemps culpabilisé puis j’ai fini par accepter son existence en le considérant comme un simple géniteur. Il m'est étranger même si nous sommes biologiquement liés.
Je lui ai pardonné car je sais qu’il a toujours pensé agir pour mon bien mais l’aimer, jamais, jamais je ne le pourrai. J’essaie juste de ne pas le détester, de le supporter pacifiquement, d’arracher de ma gorge quelques mots de convenance, d’intérêt poli pour sa santé, ses affaires –en déroute- lorsqu’il décroche, par malheur, aux appels que je destine à ma mère.
Ne pas lui faire (trop) de mal par ma distance irréversible, notre impossible rapprochement qu’il continue sans doute d’espérer, avec une foi déclinante vraisemblablement, au fil des années qui passent et de mes absences obstinées les 24 et 25 décembre. 

Comme tous ceux qui ont eu à souffrir de leurs parents pour des motifs plus ou moins graves, il finit par m’inspirer de la pitié aujourd’hui dans sa déchéance progressive, son corps qui me semblait si massif qui se voûte, s'amaigrit, ses cheveux qui se raréfient, blanchissent...,  ses regrets irréparables, ce gouffre dans lequel il s’enfonce et entraîne, à ma grande détresse, ma mère. Mais toujours son orgueil entêté qui refuse la moindre aide, de suivre le moindre conseil. Je me tiens donc à l’écart, j’essaie de ne pas me laisser ployer par leurs tourmentes, j’ai assez des miennes.

(suite à venir, après ce petit détour par mon père, le sujet devait fatalement être abordé ici, même si j’avais déjà eu l’occasion d’en parler… Ce récit est la suite de mon rdv de Noël, désolée de ne pas réussir à écrire en temps réel... )

Posté par standby à 10:04 - Histoire d'une éducation sentimentale - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu écris tellement bien ...

    Posté par Anonyme, 20 avril 2010 à 23:11
  • merci c'est gentil même si c'est un peu écrit lourdement dira-t-on Il faut que j'apprenne les phrases courtes...

    Posté par standby, 21 avril 2010 à 19:56
  • Non ce n'est pas écrit lourdement, c'est ton style, ne le change pas, il est beau !

    Posté par Dyad, 23 avril 2010 à 22:39
  • Tu as le don de faire émerger des images à travers tes mots, mon imagination contribue, bien sûr ; mais tu décris d'une manière qui me parait juste (alors que je n'ai absolument pas le pouvoir d'en juger, ne connaissant pas les protagonistes) cette famille que j'ai l'impression de toucher du doigt.
    (Dans la catégorie phrases lourdes, je crois que là... Je suis au top !)

    Je dis juste parce qu'il y a ces mots, que je retrouve, mais c'est obligatoirement subjectif.

    Standby, s'il te plait, écris ton autobiographie.

    Posté par Goodbye C., 24 avril 2010 à 00:58
  • merci à vous, c'est adorable...
    j'essaie de décrire avec le plus de justesse ce que je ressens mais j'ai souvent l'impression de patauger, d'autant que je suis beaucoup dans la répétition à l'image de ma vie... hélas!
    je vous souhaite un beau we !

    Posté par standby, 24 avril 2010 à 12:25
  • C'est la première fois que je me retrouve dans ce que tu as écrit, au sujet des fêtes de Noël et des relations avec les parents.
    Même constat , il y a longtemps de cela, que la solution était d'éviter ces fêtes de fin d'années avec mes parents.
    depuis, ils sont décédés tous les deux, jeunes puisque lui à 56 ans et elle à 60 ans.
    J'ai mis du temps à pardonner. Aujourd'hui, le seul regret que j'ai c'est de ne pouvoir leur expliquer pourquoi ils nous ont fait du mal, à ma sœur et moi.

    Posté par Stephane, 27 avril 2010 à 18:02
  • eh bien tout arrive alors !
    les conflits familiaux sont toujours très délicats je crois que chacun a sa façon de les gérer, dur de délivrer des conseils en la matière car chaque histoire, chaque relation est unique mais je crois qu'il ne faut surtout pas culpabiliser de ne pas "aimer" ses parents. L'amour ça se mérite...

    Posté par standby, 28 avril 2010 à 20:02
  • L'amour ça se travaille surtout !

    Posté par Stephane, 28 avril 2010 à 20:21
  • "Un peu" à la bourre et la gueule enfarinée, comme d'hab'...

    [quote = Goodbye C]"mon imagination contribue, bien sûr"[/quote] Eh bien justement, c'est la magie d'un écrivain talentueux d'arriver à s'allier l'imagination du lecteur. Après tout, encre et pixels ne contiennent pas de sentiments. Comment ça je suis jaloux de Standby ? Meuh non. Ou alors juste à peine un peu en passant... Et pis ça suffit hein, ou je boude !

    Et pour moi aussi, Standby, ces fresques successives que tu esquisses, évoquent mains souvenirs. La cellule familiale est bien souvent le creuset des plus explosives alchimies. On peut en rester ébloui, émerveillé, brûlé... Plus souvent carbonisé qu'émerveillé, hélas.

    Au risque d'enfoncer une porte non seulement ouverte mais déjà malmenée par des commentaires précédents, je me permettrais de suggérer que ta relation avec ton père n'est probablement pas tout à fait étrangère à la complexité de ton rapport aux hommes en général. Ou comment la litote donne la main au lieu commun. Lieu commun mais qu'il me semble bon de remettre sur le tapis car si ma mémoire déclinante ne m'abuse, tu avais rejeté avec plus ou moins de vigueur les précédentes mentions allant en ce sens.

    L'autre scène qui me replonge dans un cocon de souvenirs est celle où tu te dépeins seule en train de pianoter pendant que les autres font ou préparent la fête. J'ai toujours trouvé que ce genre de situation se nimbait d'une étrange ambiance, un peu fantasmagorique. J'aime à m'y envelopper de pénombre douillette et m'y laisse gagner par une sorte de nostalgie du présent. Il ne s'agit pas réellement de tristesse, mais plutôt du sentiment d'être en décalage, de flotter en dehors des choses, de se faire spectateur de soi-même en même temps que des autres.

    À l'occasion, la faim de contact humain m'a poussé hors de cet antre de complaisance douce-amère, mais cela n'a pas dissipé le flottement. Il s'y est juste ajouté le sentiment de faire tache au milieu de mes congénères abandonnés à une euphorie plus ou moins forcée, plus ou moins éthylique et plus ou moins hystérique...

    Dur dur d'aller contre sa nature, hein ? Mais en pur adepte du "faites ce que je dis, pas ce que je fais", je ne résiste pas à la tentation de te rappeler que nous ne sommes ni monolithiques ni immuables. Sans pour autant se perdre, on peut se changer, se nuancer, et apprendre à le faire est exaltant.

    Je lirai la suite un autre jour, mais je la lirai. Et si tu en as marre de mes pavés, colle donc un bourre-pif au vilain crapal pour le calmer. :=D

    Posté par Nil, 16 septembre 2010 à 15:46

Poster un commentaire